Neil GORDON (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Neil GORDON (Etats-Unis)

Message  zeta le Sam 20 Avr 2013 - 15:48

Le dernier d'entre nous - 10/18 poche - 3,5/5

C'est un roman à l'intrigue compliquée et je vais essayer de vous le résumer afin que cela vous paraisse clair.

Juin 2006.
Isabel Montgomery, jeune fille de 17 ans, reçoit un mail de son père. Il veut lui expliquer ces événements qui ont bouleversé leur vie, en 1996, et lui annonce que pour ce faire, lui et tous les membres d'un certain "comité" vont lui envoyer, par mails, un récit de ce qui s'est passé cette année là, pendant quelques jours. Chaque personne du comité pourra ainsi lui apprendre comment il a été amené à participer et la part qu'il a pris dans cette aventure. Son père veut aussi demander à Isabel, une fois qu'elle saura toute l'histoire que le comité va lui raconter, de venir témoigner à une audience pour une liberté conditionnelle.
Eté 1996
Isabel 7 ans, vit avec son père Jim Grant à Woodstock. La chaleureuse Molly leur voisine est une mère de substitution pour Isabel et aussi La petite amie de Jim. La mère d'Isabel, Julia, une actrice ratée est tombée dans la drogue et son sénateur de père, Robert Montgomery, ambassadeur en Grande Bretagne, s'occupe de la faire désintoxiquer discrètement.
Jim Grant est un avocat qui travaille, à titre gracieux en général, pour défendre les opprimés, son seul client payant est Billy Cusimano, en apparence un petit patron d'une entreprise de transport, mais en réalité surtout un cultivateur de Canabis sur grande échelle.
Le FBI surveille Billy. Sa maison est truffée de micros. Au cours d'une conversation, entre Billy et Jim le nom d'une personne va être évoqué, et c'est ce qui sera le point de départ des événements entrainant pour Jim Grant une cavale éperdue.
Parce que de longues années plus tôt, Jim Grant a participé, lui et beaucoup d'autres, à un mouvement de révolte contre la guerre du Vietnam au sein d'un mouvement d'activistes le "Weather Underground". Ce qui s'est passé alors, dans le début des années 1970, a eu des conséquences dont personne n'est sorti indemme. Il faut peut-être maintenant payer au prix fort le prix de l'idéalisme, de l’insouciance et de la rébellion de la jeunesse. Jim Grant confronté à son passé, n'a pourtant plus qu'une seule préoccupation : s'occuper de sa fille et la rendre heureuse, en la tenant écartée d'une mère destructrice.

C'est un roman très documenté, très proche de la réalité : le mouvement "Weather Underground" dont il est question dans ce livre, avec ses multiples ramifications ayant existé.
Pour ma part j'ai moyennement adhéré à ce roman. La façon dont il est raconté, aux moyens de mails, passant par de nombreux retours en arrière, de cassure dans le rythme par la dispersion des narrateurs (le comité), m'a déjà un peu perdue au départ et surtout m'a paru plus compliquée et artificielle, que s'il avait été déroulé chronologiquement.
Ceci a bien sûr un but : nous laisser le plus longtemps possible dans l'ignorance de la réponse au problème principal : Jim Grant est-il complètement innocent dans le drame qui a eu lieu en 1974 ? Peut-il continuer à vivre avec sa fille, l'amour de sa vie ?
Sinon c'est instructif pour ceux qui veulent se documenter sur la guerre du Vietnam du point de vue de la jeunesse américaine, qui ne voulait pas y participer.
C'était une époque bizarrement violente, au niveau mondial, des mouvements de jeunes révolutionnaires anarchistes, gauchistes, activistes s'opposaient à l'ordre établi. Fomentant des actions violentes et criminelles. Et en même temps il y avait de la part de la jeunesse un réel désir de changer le monde de le rendre plus beau, plus juste, plus pacifique. Tout cela a vite été effacé. Et l'on voit maintenant que certaines guerres aussi peu légitimes ne génèrent presque aucune protestation.
J'ai balancé sans cesse au cours de ma lecture, entre des moments où je trouvais l'action palpitante, puis des moments où je m'ennuyais un peu et me disais que cette intrigue concerne un mouvement de pensée qui n'a pas assez influencé le monde pour qu'on y consacre toute ces pages. Les héros de l'histoire ont-ils été aussi intelligents, et sincères qu'on le voudrait. Leur révolte (telle que l'auteur nous la rapporte tout au moins) a-t'elle été un caprice de jeunesse, juste une façon "sexe, drogue et Rock'n Roll" de vivre leur fin d'adolescence, ou un véritable engagement qui perdure dans la société américaine ? Peut-être mon avis évoluera-t-il en y repensant. Je ne sais pas très bien à cet instant, ce que ce livre me laissera.



avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neil GORDON (Etats-Unis)

Message  Awara le Mer 22 Mai 2013 - 20:43

Je ne sais ce qu'il te laissera, mais il ne doit pas être désagréable à lire, Zéta

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 4032
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neil GORDON (Etats-Unis)

Message  Chiwi le Sam 6 Juil 2013 - 10:01

Le dernier d'entre nous

4/5

 Je ne sais pas bien comment commencer cette critique. Au début, on est un peu dérouté. Le récit se fait par le biais de mails que reçoit Isabel Grant de la part de différentes personnes. On ne sait pas bien dans quel but cela est fait, il faut attendre la toute fin pour le savoir, mais cela n’est pas le plus important. Ce qui importe c’est ce qui s’est passé trente ans plus tôt. Quand on lit que certains narrateurs ne disent pas forcément la vérité, on se dit qu’il va y avoir des faux-semblants, des fausses pistes, qu’il va falloir faire le tri. Cela s’efface vite quand l’intrigue, quasi-policière,  se met en place.
Avec cette intrigue qui relèverait presque du thriller, on fait marche arrière jusque dans les années 60. Celles de l’American Way of Life qui devait se répandre à travers le monde car c’était un exemple. Mais ce système a été traversé de nombreuses contestations, notamment contre la guerre au Viet-Nam. Ce roman permet un éclairage sur un épisode de l’histoire  des Etats-Unis qui reste assez peu connu. Des jeunes se sont élevés contre une guerre injuste, qu’ils ne voulaient pas faire mais qu’on a forcé à faire.; ils ont manifesté, ont fait exploser des bombes sans toute fois faire de victime et ils ont été pourchassés comme des criminels, voire d’une manière plus brutale que des criminels classiques. C’est étonnant de voir que dans un pays où la liberté d’expression est une vertu cardinale, ceux qui pouvaient émettre une opinion divergente étaient sanctionnés.
Le dernier d’entre nous traite d’un sujet qui peut avoir des échos avec certains événements récents, la forme peut paraitre originale au début mais on passe tout de même un bon moment.
avatar
Chiwi

Nombre de messages : 186
Age : 33
Location : Extrême nord de la France
Date d'inscription : 29/08/2010

http://lecturesdechiwi.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neil GORDON (Etats-Unis)

Message  nauticus45 le Dim 7 Juil 2013 - 8:31

Le sujet me tente bien et ta critique aussi, je l'ajoute à ma LAL, merci Chiwi!
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1568
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neil GORDON (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum