Jean-Pierre GATTEGNO (France)

Aller en bas

Jean-Pierre GATTEGNO (France)

Message  Mariselya le Jeu 6 Nov 2008 - 12:18

De : doriane99 Envoyé : 12/06/2006 18:27


Jean-Pierre Gattégno est né à Brive-la-Gaillarde en 1944, d'un père turc et d'une mère grecque. Enseignant le français à l'Ecole Nationale de Commerce de Paris, il ne vient à la littérature que sur le tard, à 58 ans, mais le succès est immédiat.

Son premier roman, Neutralité malveillante, est adapté au cinéma par Francis Girod sous le titre de Passage à l'acte. Tout le monde se souvient du personnage effrayant interprété par Patrick Timsit face à Thierry Lhermitte. Son troisième roman, Mortel transfert, est adapté par Jean-Jacques Beinex, en 2001, interprété par Jean-Hugues Anglade, Robert Hirsch, Yves Rénier et Hélène de Fougerolles qui reçut le Prix Romy Schneider pour son rôle. Une place parmi les vivants est porté à l'écran par Raoul Ruiz et son dernier roman devrait à son tour devenir un film signé Jean-Jacques Beinex : Longtemps, je me suis couché de bonne heure est un somptueux hommage au livre et à la création artistique, à travers l'histoire troublante d'un ex-détenu qui est littéralement happé à la lecture d'un manuscrit.

Influencés par Hitchcock, Chandler, Baudelaire et Proust, mais aussi Freud, les romans de Jean-Pierre Gattégno sont, plus que de passionnants polars où la psychanalyse joue un grand rôle, de grands romans tout simplement.

Bibliographie
Longtemps, je me suis couché de bonne heure -Actes Sud, 2004
Le grand faiseur - Actes Sud, 2002
Une place parmi les vivants - Calmann-Levy, 2001
Mortel transfert - Calmann-Levy, 1997
La nuit du professeur - Calmann-Levy, 1994
Neutralité malveillante - Calmann-Levy, 1992


De : doriane99 Envoyé : 12/06/2006 18:33

Longtemps je me suis couché de bonne heure de Jean-Pierre GATTEGNO

Résumé :Sébastien Poncelet, braqueur minable, travaille dans une maison d'édition, il tombe sur un manuscrit dont la première phrase : "longtemps; je me suis couché de bonne heure" va changer radicalement sa vie.

Mon avis : Un ode à la lecture, aux livres, à l'art... Je m'attendais à un livre beaucoup plus axé sur le manuscrit, en fait celui-ci n'est qu'un prétexte... Cet employé moyen fait le point sur sa vie et apprend à connaître ses vrais désirs. On y lit de très belles choses sur les livres et sur l'impact qu'ils peuvent avoir sur nous...

Ma note : 4/5



De : Sahkti1 Envoyé : 12/06/2006 19:40

Jean-Pierre GATTEGNO, Longtemps, je me suis couché de bonne heure - Editions Actes sud

Résumé : Sébastien Ponchelet est un ancien petit délinquant sans grande envergure. Envoyé en prison, il se lie d’amitié avec un voleur professionnel de musée. A sa sortie, il devient manutentionnaire dans une grosse boîte parisienne d’édition. Il range, il distribue le courrier, il classe, effectue de menus travaux d’entretien.
Lors d’un des transports de cartons, Sébastien découvre un manuscrit qui semble égaré et qui commence par "Longtemps, je me suis couché de bonne heure…". Le bouleversement que ces mots provoquent est stupéfiant ! Ce texte va changer, de manière drôle et sensible, la vie de Ponchelet. L’éditeur le juge impubliable, Ponchelet l’estime formidable.

Mon avis : Avec beaucoup d’humour, Gattégno nous offre une vision intéressante et ouverte de la création littéraire et de la réceptivité du lecteur. C’est également un savoureux portrait du milieu de l’édition qui est dressé, avec beaucoup de vivacité et d’ironie, énormément de subtilité. A lire pour sourire.

Ma note: 3,5/5

Un extrait:
"En tout cas, j’ai suivi ses traces dans la manutention.
D’abord à Rungis, puis dans une compagnie d’assurances, où je poussais des archives poussiéreuses dans des couloirs interminables, après dans un hôtel quatre étoiles – j’apportais les petits-déjeuners dans les chambres, je montais des draps, des oreillers, des serviettes propres pour les femmes de ménage et je descendais à la buanderie ceux qui avaient servi –, ensuite dans un supermarché, bien plus grand que celui de mon père, cinq mille mètres carrés de denrées sur fond de musique en boucle et de promotions en continu, une mégalopolis de la marchandise, avec escaliers mécaniques et tapis roulants, et un monde fou circulant dans des allées baptisées produits d’entretien, pâtisserie industrielle, nourriture pour animaux, café-thé-biscottes, électronique-outillage, parfumerie-hygiène, alcools-vins-spiritueux. Avec mon porte-palette muni d’un élévateur, je transportais des victuailles que je rangeais dans les gondoles, le soir je les remportais dans la chambre froide. Après mon hold-up, j’ai continué en centrale. Je distribuais le linge et les repas dans les cellules, et des livres aux rares détenus que ça intéressait. C’est de cette façon que j’ai rencontré Sholam, dans sa cellule de VIP. Aussi, manutentionner dans l’édition ne me changeait guère.
C’était même une promotion."



De : 2550Chimère Envoyé : 18/06/2006 21:31

Longtemps je me suis couché de bonne heure de Jean Pierre GATTEGNO - Ed Actes Sud/271p

Résumé : Sébastien Ponchelet a trouvé un emploi comme manutentionnaire dans une maison d'édition à sa sortie de prison. Il découvre un jour un manuscrit dont la première phrase est Longtemps je me suis couché de bonne heure. A partir de là, tout va changer dans sa vie.

Mon avis : comment entrer dans le monde de la lecture et de la culture artistique quand personne ne vous a donné les clefs ? Le narrateur lui y est introduit par le biais de voleurs de tableau, d'un manuscrit dont la maison d'édition ne veut pas (ça ne se vendra jamais), d'une lectrice aperçue dans le métro. La première phrase du manuscrit ne cesse de le hanter et va l'amener à s'interroger sur son existence et sur son avenir. Ce roman est un hommage à la perception de l'art et ce qu'en retire celui qui regarde ou lit. On y découvre aussi les coulisses du monde de l'édition dont le constat navrant est le suivant : aujourd'hui Proust ne trouverait aucun éditeur pour sa Recherche du temps perdu. Une histoire qui devrait donner envie de se mettre à la lecture et à la contemplation d'oeuvres d'art.

Ma note : 4/5



De : lalyre7032 Envoyé : 9/07/2007 17:43

Avec vue sur le royaume de Jean-Pierre Gattègno - Actes/Sud - Parution août - 363P.

Résumé :Depuis quand suis-je mort ?Depuis toujours ou depuis quelques instants ? C'est la question que se pose le narrateur,il se trouve dans un avion supersonique qui traverse l'éternité à toute vitesse,c'est là,au royaume des cieux que se passe l'action.Installé en classe hyper luxe avec devant les passagers, un écran hémisphèrique qui diffuse des images de personnages déja morts.A coté de lui,est assis un autre défunt qui a pour nom Alejandro Wadheim,fils d'un criminel nazi qui a fait torturer des juifs au camp de Terezin,le narrateur s'appelle Raoul Sévilla ,fils de juifs de Salonique.Dans cet avion qui n'a ni départ ,ni arrivée,n'a aucune réglementation,un vol interminable qui ne conduit vers nulle part,ces deux défunts qui voyagent côte à côte qui ne se sont pas connus de leur vivant,ont peut-être des liens qui semblent les souder ,ont-ils eu une vie avant ?Ont-ils aimé ou souffert ?Questions qui les intriguent ,mais certaines rèponses apparaîtront sur l'écran ,ils assisteront même à leurs morts!!!!! Une jeune femme et un homme surgiront sur l'écran , qui peut-être leur feront regretter d'être morts et qui nous donneront la clé d'une énigme.

Mon avis : Ce roman nous rappelle une histoire douloureuse,celle du ghetto de Salonique et du camp de Terezin et aussi la grande Histoire,celle de la Shoah.Quelques passages amusants font très bien passer la fiction de l'éternité dans un avion qui va nulle part.J'ai beaucoup aimé le style et bravo pour l'auteur qui a écrit ce livre un peu comme un devoir de mémoire.

Ma note :4,5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 15/08/2007 14:17

Le grand faiseur de Jean-Pierre Gattégno- Babel - 222 P.

Résumé : Mais pourquoi Nathan Josufus est-il maintenu en vie au moyen de machines sophistiquées ??Il semblerait que c'est son fils Stanilas qui en a donné l'ordre,ce fils qui se rend compte que l'héritage de son père,homme le plus riche de la planète va lui échapper,mais pourquoi ?Parce qu'il y a longtemps,cet homme qui est à l'article de la mort a signé un contrat assez bizarre stipulant qu'à son décès,ce serait un certain Joachim Béliard qui hériterait de toute sa fortune.Stanislas va trouver Philip-Christophe Marlaud,détective privé sans travail,en attente d'un client ,lui promet une grosse récompense et le charge de retrouver ce document avant le 30 avril,jour fatidique pour son père que l'on débranchera à cette date, Stanislas est prêt à tout pour récupèrer ce contrat.Et ce sera une course contre la montre avec cette enquête insolite ou notre détective va faire des rencontres excitantes qui pourraient changer sa vie.

Mon avis :J'ai bien aimé ce livre,j'ai trouvé le détective ,héros principal vraiment sympa,il y a quelques personnages dans ce roman dont certains malhonnêtes,d'autres assez naïfs,il y a aussi de l'humour parfois acide.Un peu genre policier avec beaucoup de suspense et il est certain que la fin ne m'a pas déçue...

Ma note : 4,5/5
Mariselya
Mariselya

Nombre de messages : 173
Age : 51
Location : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Pierre GATTEGNO (France)

Message  lalyre le Ven 20 Jan 2012 - 18:00

Le seigneur de la route
Jean-Pierre Gattégno
Calmann-Lévy janvier 2012
240 pages

4ème de couverture

Que faire lorsque tout va mal ? Lorsque l’on est chahuté par ses élèves, méprisé par ses collègues, piétiné par ses supérieurs, trompé par son épouse ?
Pierre Raustampon ne supporte plus cette vie et, un jour, s’enfuit dans la luxueuse Mercedes de l’amant de sa femme. Grisé par la puissance de cette voiture, il fonce pleins gaz, sillonnant au hasard l’Hexagone. Il espère ainsi couper les ponts avec une existence désespérante. À cette errance géographique se superpose un trajet plus intime, un voyage intérieur qui le conduit vers d’obscures régions de lui-même.
De multiples péripéties – rencontres féminines plus que troublantes, maffieux et police lancés à ses trousses, échanges amoureux avec l’épouse de son rival – l’amènent à découvrir une vérité à laquelle il est loin de s’attendre. Une vérité brutale qui donnera un sens particulier à cette aventure.


Porté par une écriture très visuelle et conduit à la manière d’un thriller alternant suspense et humour, ce road novel est une fable morale dont l’enseignement pourrait être le suivant : on peut fuir le plus loin possible, on n’échappe pas à son destin.

Petit résumé

Serait-ce un conseil pour changer de vie lorsqu’on vit une existence déprimante ? Non pas vraiment, mais l’auteur nous fait tout de même rouler à plus de 200 kilomètres à l’heure avec Pierre Raustampon comme conducteur, on file sur l’autoroute, dépassant toutes les autres voitures. C’est pendant ce voyage un fou que l’on découvre la métamorphose de Pierre, car non content d’avoir piqué la Mercédes de son rival, il a fait main basse sur son argent, permis de conduire et carte de banque, dorénavant il s’appellera Prosper Martineau. Il va mener la grande vie jusqu’au moment ou il apprend qu’un certain Vassili en veut à sa vie, ou plutôt à celle de Martineau. Il trouve moyen de tomber amoureux de la femme de ce dernier, à distance par le téléphone....Une aventure avec un policier qui le verbalise pour excès de vitesse.....Une autostoppeuse qui le vole pendant qu’il fait le plein d’essence....et bien d’autres déboires, car tel est pris qui croyait prendre.

Mon avis

Je me suis vraiment amusée pendant cette lecture car le héros est attachant , il se sent heureux depuis qu’il s’est débarrassé de sa femme, des brimades de ses élèves, les parents, inspecteurs etc..Une histoire bondissante ou l’art et la littérature sont présents, un bonheur fragile avec une fin que ni Raustampon, ni le lecteur n’auraient devinée. Un roman qui mérite un coup de coeur 5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4614
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum